La Cité diaphane

Sortie : 3 février 2023.

En précommandant le roman avant le 27 janvier, un ex-libris numéroté et signé par l’autrice vous sera offert, dans la limite des stocks disponibles. Offre limitée à 120 exemplaires.

Merveille architecturale élancée vers le ciel, Roche-Étoile a connu la splendeur et la chute. La cité sainte de la déesse sans visage est maudite, réduite à l’état de nécropole brumeuse depuis que les eaux de son lac et de ses puits se sont changées en poison mortel.

Sept ans après le drame, l’archiviste d’un royaume voisin se rend dans la cité défunte avec pour mission de reconstituer le récit de ses derniers jours. Mais il s’avère bientôt que Roche-Étoile abrite encore quelques âmes, en proie à la souffrance ou à la folie, et celles-ci ne semblent guère disposées à livrer leur témoignage.

Un jeu de dupe commence alors entre l’archiviste et ces esprits égarés, dans les dédales d’une cité où la vérité ne se dessine qu’en clair-obscur, où dénouer la toile du passé peut devenir un piège cruel.

Les auteurs en parlent :

“Anouck Faure tresse un livre-monde, un univers dérangeant, poétique, désincarné et pourtant dense. Magie de sa plume, redoublée de ses superbes gravures, l’ouvrage sera une valeur sûre de l’année 2023.”
Jérôme Akkouche, auteur de Lupus in Fabula.

“J’ai lu La Cité diaphane en juin dernier dans une version non terminée et c’était déjà le venin et la déliquescence qui parlent à mon âme.”
Floriane Soulas, autrice de Les Oubliés de l’amas, lauréat du Prix Utupiales 2022.

“Un roman comme un sortilège, une écriture envoûtante qui déploie une incroyable profondeur de légendes et de mythes, un univers d’une beauté à la fois infiniment poétique, sombre et cruelle. Une histoire toujours surprenante et toujours d’une cohérence parfaite, qui n’hésite pas à tresser ensemble la fantasy et l’horreur. L’étrange impression, enfin, de lire un classique qui a existé de tout temps, et de découvrir une voix nouvelle et singulière.”
Estelle Faye, autrice lauréate de nombreux prix (Elbakin.net, Imaginales, ActuSF de l’uchronie, Rosny Aîné de la nouvelle, etc.)

La Cité diaphane est un bijou noir. (…) Un roman à la plume flamboyante, aussi sombre que fascinant. Un roman qui prouve que peu importe l’outil qu’elle a entre les mains, plume ou crayon, pointe sèche ou lame de rasoir, Anouck Faure crée des œuvres aussi magnifiques qu’inoubliables.”
Magali Lefebvre, autrice de la série “Bérénice Libretti”.

“Roman surprenant, où l’évocation fantastique s’appuie sur un travail littéraire ambitieux et accompli, La Cité diaphane est une enthousiasmante mascarade où les ambitions humaines rencontrent les plus troublants mystères de l’univers. Une grande réussite !
Camille Leboulanger, auteur du roman Le Chien du Forgeron.

La presse en parle :

“Anouck Faure s’affirme déjà comme une signature d’un Imaginaire insolite et envoûtant qui ne demande qu’à s’épanouir.”
Fantasy à la carte

10,9921,90

Description

Vernis sélectif.

Marque-Page inséré dans le livre.

256 pages.

Informations complémentaires

Poids
0,4 kg
Dimensions
15 × 21 × 1,9 cm
ISBN (papier)

978-2-492403-69-9

ISBN (numérique)

978-2-492403-70-5