Un Pays de fantômes

Sortie : 25 août 2022.

Poussé par une industrie florissante et une politique expansionniste, l’empire borolien se tourne cette fois vers les Cerracs, un territoire montagneux composé d’une poignée de villes et de villages ; une simple formalité.
Journaliste en disgrâce, Dimos Horacki signe désormais des papiers ronflants dans une gazette de la capitale. Mais voilà que son employeur l’envoie au front écrire un article élogieux sur un général en vue de l’armée impériale.
Sur place, Dimos découvre la réalité de l’expansion coloniale, et surtout, il met un visage sur leurs mystérieux ennemis, les anarchistes de Hron, qui défendent non pas leurs possessions, mais leur mode de vie et leur indépendance. Et tandis que la guerre fait rage autour de lui, que ses pas le portent de ferme en village jusqu’à la cité-refuge de Hronople, le reporteur voit peu à peu ses convictions voler en éclat.

Traduit de l’anglais par Mathieu Prioux.

 

Les auteurs en parlent :

“Ce roman profond et évocateur explore la question d’une communauté anarchiste et de ce qu’elle peut mettre en oeuvre pour résister aux attaques inéluctables qui adviendraient si une telle organisation sociale existait. Mais plus important encore, le roman, passionnant et mystérieux, offre une histoire de guerre et d’amour dans un pays montagneux imaginaire, écho de l’Amérique latine du XIXe siècle, mais aussi de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale ; Une fois la dernière page tournée, vous avez la sensation persistante d’avoir un entraperçu d’une partie oubliée de notre histoire, pourtant bien réelle.” Kim Stanley Robinson, auteur de la trilogie Mars.

“Quand Les voyages de Gulliver rencontrent Les Dépossédés. C’est une folle course que vous ne voulez pas manquer” Gabriel Kuhn

“Ce livre livre féroce, plein d’intelligence et d’espoir, est une fantasy bâtie par un esprit d’un humanisme et d’un sérieux inhabituel.” Felix Gilman, auteur de La Cité des Dieux

La presse en parle :

“En deux cents pages à peine, Margaret Killjoy nous brosse une histoire parsemée de scènes intenses, où l’humour (mordant) est parfois la dernière arme à opposer au désespoir, avec le détachement.” Elbakin.net

“Roman hautement politique mais aussi et surtout éminemment humain, Un pays de fantômes s’aventure sur le terrain de l’utopie pour s’interroger sur les limites notre société de lois et d’ordre. Margaret Killjoy écrit la résistance et l’existence, et c’est finalement le lecteur qui est conquis à la fin.” Just a word

Un Pays de fantôme est un récit de voyage à la plume merveilleusement évocatrice. Une quête initiatique remplie tout autant d’action que de réflexions politiques.” Numerama

“Un pays de fantômes est à la fois un récit de fantasy, par l’élaboration cohérente d’un univers imaginaire, un roman d’aventures et de guerre alternant morceaux de bravoure et scènes intimistes, une réflexion sur les normes sociétales, un portrait initiatique. Tout cela en 200 pages, une leçon de sobriété pour tous ces écrivains qui tirent à la ligne.” Le Trégor

“Un roman palpitant à lire et à relire, une maîtrise stylistique impeccable servi par une écriture alternant entre dialogue fin (et non sans humour) et digression vertigineuse sur notre époque et ce que représente notre civilisation. Une superbe découverte.” Undernierlivre.net

“Margaret Killjoy ne dit rien, se contente de laisser son lecteur faire ses propres choix. Et pour cela, elle lui offre un panorama de ce que propose l’anarchisme. Ou plutôt, les anarchismes.” Le Nocher des livres

“Une œuvre remarquable pour présenter l’idéal anarchiste et le rôle de la fiction pour imaginer des utopies. Les imaginer, pour ne pas seulement les rêver, mais commencer à les construire.” Zerojanvier79

“C’est presque un manifeste anarchiste par l’utopie, une porte ouverte pour nous autres, humains désillusionnés par notre monde. ” Yuyine

 

Les libraires en parlent :

“Un roman très contemporain et utopiste. Un coup de cœur.” La Librairie des Halles (Niort)

“Une utopie anarchiste qui ne vous laissera pas indifférents” La Dimension fantastique (Paris)

“Une ode à la liberté.” Fnac Lyon Bellecour

“Dans la lignée d’Ursula Le Guin et son oeuuvre sociologique et politique, Margaret Killjoy nous embarque dans une utopie d’une grande intelligence, où les normes ne sont pas celles que l’on croit. Brillant !” La librairie de Paris (Paris)

“Le portrait d’une utopie queer et anarchiste dans les pas de T. Moore, W. Morris et U. Le Guin. Réjouissant et malin” Les mots à la bouche (Paris)

“Un roman emballant, qui ne s’encombre ni de théorie politique ni d’apparats littéraires : c’est direct et efficace, c’est queer et anarchiste, c’est libre et donc c’est beau.” L’Établi des mots (Rennes)

“Coup de cœur de Ulysse” Mollat (Bordeaux)

“Une fois la dernière page tournée, vous avez la sensation persistante d’avoir un entraperçu d’une partie oubliée de notre histoire, pourtant bien réelle.” Librairie Publico (Paris)

Sélection Lilojury. Librairie Lilosimages (Angoulême)

“Un pays de fantômes est un roman de fantasy sans magie, plein de belles idées, profondément anti-guerre/colonialisme.” Cultura Bordeaux Lac

“Un premier roman dynamique, émouvant et immersif et une belle réflexion sur nos modes de vie, choisis ou subis. Un beau texte qui ne nous veut que du bien !” Librairie Une autre page (Croissy-sur-Seine).

 

9,9919,90

Description

Embossage de la couverture.

Préface de Patrick K. Dewdney.

Marque-Page inséré dans le livre.

208 pages.

Informations complémentaires

Poids
0,3 kg
Dimensions
15 × 21 × 15 cm
Editions

Papier, Numérique

ISBN (papier)

978-2-492403-54-5

ISBN (numérique)

978-2-492403-55-2